Le fil d’alerte – 21e Prix Fondation d’entreprise Ricard in Paris

Wednesday  23 October  2019  11:00 AM    Wednesday  23 October  2019 11:59 PM
Save Saved
Last update 29/08/2019
  90

Marcos Avila Forero (1983), Eva Barto (1987), Simon Boudvin (1979), Corentin Canesson (1988), Gaëlle Choisne (1985), Kapwani Kiwanga (1978), Paul Maheke (1985), Estefania Penafiel-Loaiza (1978), Sarah Tritz (1980).
Une proposition de Claire Le Restif.
Fil qui relie l’araignée à sa toile pour la prévenir qu’un événement vient d’advenir, ce titre est une métaphore de la relation que le curateur entretien à son milieu. Il évoque également l’attention que nous portons à un contexte, de manière dynamique et alerte !
La question posée par l’exercice du Prix Fondation dentreprise Ricard est motivante car elle propose de distinguer le travail d’artistes comme autant de promesses. J’ai choisi pour ma part d’y répondre en précisant une photographie de la pluralité des voix qui s’expriment, témoins de la vitalité de la scène artistique en France et de la vigueur des débats qu’elle soulève.
Elle est accueillante à toutes les pratiques et à toutes les écritures plastiques, de la peinture à la performance, de la sculpture aux œuvres furtives, du dessin à la photographie et la vidéo, sans hiérarchie bien au contraire.
Tous les artistes qui constituent « Le fil d’alerte » ont une attention au monde et activent les consciences par des gestes sensibles et militants. En musique nous dirions qu’elle est polyphonique, c’est-à-dire qu’elle assemble des voix sans préjuger de leur nature. Leurs projets artistiques traduisent des positions précises, qu’elles soient celle de l’artiste anthropologue, de l’activiste, du passeur, du chercheur, de l’évocateur, du critique, pour lesquels l’oralité, l’écologie, la colonisation des territoires ou/et des corps, la vision cosmologique du monde, les identités, le féminisme, l’économie, le queer sont parties prenantes de leur travail.
Mais on peut également dire que certains travaillent aussi à s’abstraire de ces concepts qu’ils entendent comme des catégories qui enferment et dont le travail artistique ambitionne d’en redessiner les contours.
Bien qu’elle ne se positionne pas comme une exposition collective thématique, puisqu’il s’agit d’un tout autre type de question posée par le contexte d’invitation, « Le fil d’alerte » sera, je l’espère, une exposition chorale (issue d’une vision spirale) et faisant « communauté ».
Claire Le Restif
Fondation dentreprise Ricard - from 10 September to 26 October 2019
Curated by Claire Le Restif.
Referring as it does to the thread that links the spider to its web and lets it know when an event has just occurred, this title is a metaphor for the curator’s relationship with her environment. It also evokes the attention we give to a context, dynamically and alertly!
The question raised by the Fondation dentreprise Ricard Prize exercise is rewarding because it proposes to distinguish the work of artists as so many promises. I myself have chosen to answer it by providing a snapshot of the multiplicity of voices being expressed, testifying to the vitality of the French art scene and the strength of the debates it raises.
It welcomes all practices and all forms of plastic expression, from painting to performance, from sculpture to furtive works, from drawing to photography and video, without any hierarchy — quite the contrary.
All of the artists who make up “Le fil d’alerte” are attentive to the world and activate consciousness through sensitive and activist gestures. In music we wold say it is polyphonic, that is, it assembles voices without prejudging their nature. Their artistic projects convey precise positions, whether they be that of the anthropologist-artist, the activist, the smuggler, the researcher, the evoker or the critic, for whom orality, ecology, the colonisation of territories and/or bodies, the cosmological vision of the world, identities, feminism, economics and the queer have a stake in their work.
But it can also be said that some of them also endeavour to get away from these concepts, which they view as restrictive categories whose contours the artistic work seeks to redraw.
Although it is not set up as thematic group exhibition, since the exhibition context raises a completely different type of question, “Le fil d’alerte” will be, I hope, a choral exhibition (stemming from a spiral vision) that establishes “community”.
Claire Le Restif
Cost: Free -
Categories:
Museums & Attractions
This event repeats daily for 46 times:
Sep 9
,
Sep 10
,
Sep 11

music business
Nearby hotels and apartments
Fondation d'entreprise Ricard
12 rue Boissy d'Anglas, Paris, 75008, France
Fondation d'entreprise Ricard
12 rue Boissy d'Anglas, Paris, 75008, France